vendredi, septembre 30, 2005

A qui profite le crime?



"Ce qui se cache derrière cette question-là, c'est la civilisation industrielle et le progrès"

[Jan Marejko]


Les bobos en mal de grandes causes à défendre se sont précipités dans la bataille du protocole de Kyoto. N’importe quelle personne douée de sens commun essaie de s’assurer de dépenser son argent de manière intelligente et rationnelle. Ce n’est naturellement pas nécessaire avec l’argent « public », puisque celui-ci « n’est à personne ». D’autres intérêts que la pertinence de l’investissement peuvent donc se faire jour : la jalousie, la politique politicienne, le syndrome du panier de crabes (ceux qui sont trop mauvais pour être capables de réussir provoquent l’échec des bons afin de ne pas demeurer seuls au fond du panier).

Les gens qui sévissent dans les médias de masse sont généralement acquis aux axiomes délirants des promoteurs du protocole de Kyoto, mais la Radio Suisse Romande a pourtant osé prêter l’antenne à un invité lucide à ce sujet dans une émission du 19 août 2005. Ce fait trop rare méritait d’être souligné, et je ne peux que vous encourager à écouter le téléchargement de l’intervention de Jan Marejko ici proposé



On y découvre que le protocole de Kyoto :
  • détruira nos économies en provoquant plus de taxes pour les particuliers et en donnant l’argument qui manquait encore à décider les entreprises hésitant à délocaliser
  • augmentera la pollution mondiale puisque les industries s’établiront dans des régions où les statistiques sont une marchandise monnayable (comme ici, donc, mais en moins cher)


Ce qu’il y a de bien avec le protocole de Kyoto, c’est qu’on peut être certain d’échapper à un hypothétique effet de serre.

En mourant de pauvreté avant.

média unique

|| Pan, 10:50 PM || link || (7) commentaires |

jeudi, septembre 29, 2005

La différence entre les journalistes et les civils

Comme le faisait remarquer un ami, la réalité des médias n'a plus aucune relation avec la réalité du monde. C'en est presque devenu un lieu commun que de dénoncer le jeu trouble des faiseurs d'opinion, mais trop peu de gens se sont penchés sur les justes conséquences du passage de rapporteurs à acteurs des journalistes.

Les lois et coutumes de la guerre distinguent les civils et les journalistes. L’origine de cette différenciation vient de ce que les soldats sont des combattants armés, tandis que les civils, désarmés, ne sont pas supposés prendre part aux hostilités. En conséquence, les civils sont sensés être épargnés des violences guerrières. Il leur est en revanche clairement défendu de commettre des actes de guerre.

Aujourd’hui, forts de l’expérience d’un procès de Nuremberg à prétentions universelles (et reconnu comme tel par les intellectuels), nous savons par l’exemple de Streicher que des propagandistes oeuvrant pour le mal peuvent être moralement pendus en juste punition.

Les propagandistes contemporains sévissent dans les journaux ou mentent à la télévision et à la radio en employant le mot « activistes » pour désigner des monstres pour qui la politique se limite à la violence, et la violence à la lâcheté. User d’une telle indulgence dans les qualificatifs pour désigner les auteurs de ces atrocités pourrait passer pour une coupable distraction ne nécessitant que de simples excuses avant une réorientation professionnelle si le cas était rare, mais on ne peut malheureusement que reconnaître le caractère délibéré de ce travestissement de la réalité. Si le procès de Nuremberg a réellement une portée aussi universelle qu’on a bien voulu le dire, le temps est venu de semer du lin et du chanvre, car nous allons manquer de corde pour les pendre tous.

On nous a menti, bien sûr, et personne ne viendra faire justice à ces admirateurs de tueurs en série et d’assassins. A défaut de procureur et de gibets, ces propagandistes, par leur prise de position manifeste, encourageant ainsi les psychopathes dans la surenchère de l’horreur, choisissent de ne plus informer, mais de se battre à coup de mots ainsi que le faisait Streicher. En choisissant de combattre, ils sont devenu acteurs du conflit. Et celui qui en abattrait un ne peut plus désormais être traité de criminel, puisqu’il n’est qu’un simple activiste.

terrorisme / média unique

|| Pan, 11:34 PM || link || (3) commentaires |

mercredi, septembre 21, 2005

Il faut un commencement à tout

Encore un réactionnaire?
- presque.

Un nouveau blog ultra-ultra-libéral?
- Oui.


Encore un de ces sites de fous qui parlent du droit des armes?
- Bien sûr.

Encore un sioniste qui refuse de penser comme tout le monde qu'Israël est une erreur de l'histoire?
- Naturellement.

Vous allez vous servir de ce site pour dire du mal des mass medias?
- J'espère bien!

Vous n'avez pas honte?
- Pas du tout!


vie du blog
|| Pan, 2:44 PM || link || (5) commentaires |